Photographie d'un pharmacien extravagant.

Le rôle du pharmacien en France

Le pharmacien, ou docteur en pharmacie, possède une vaste base de connaissances dans le domaine de la santé. Si l’on connaît surtout ce professionnel de santé derrière un comptoir, il peut aussi intervenir à d’autres étapes de la chaîne de production de médicaments en se spécialisant comme chercheur, biologiste ou encore ingénieur. Malgré un parcours professionnel d’élite, ce métier n’est pas considéré à sa juste valeur. Pourquoi ? Pharmafutur tente de répondre à cette question.

Photographie d'un pharmacien extravagant.

https://www.flickr.com/photos/jfgallery/9992218886/

Un avenir incertain

De tous les professionnels de santé libéraux, les pharmaciens sont les plus pessimistes concernant l’avenir de leur profession. Parmi les raisons invoquées pour expliquer ce coup de blues généralisé, la baisse du chiffre d’affaires semble arriver en tête. Viennent ensuite les contraintes administratives et la considération du consommateur et du gouvernement vis-à-vis de la profession.

Un rôle d’accompagnement sous-évalué

Trop souvent relégué au statut de simple vendeur de boîtes de médicaments, le pharmacien perd de plus en plus sa fonction de conseiller à cause de plusieurs facteurs comme l’évolution des modes de consommation. En effet, beaucoup de personnes ne se considèrent plus comme des patients lorsqu’ils parcourent les rayons des parapharmacie, mais plutôt comme des clients.

Dessin représentant une file d'attente de gens mécontents dans une pharmacie.

https://www.flickr.com/photos/brother-uk/33064183161/

Ils comparent les prix, consultent les avis sur internet avant d’acheter et ne font presque plus appel à l’expertise du pharmacien. Par ailleurs, la minimisation des compétences des professionnels de santé ne résulte pas uniquement des nouvelles habitudes des consommateurs, le Code de la Santé publique français est aussi responsable. À la lecture de l’article L4211-1 présentant la mission du pharmacien, ses tâches semblent essentiellement tournées vers la préparation des médicaments et la vente. Dès le premier point abordé dans ce règlement, le ton est donné.

Dessin représentant un pharmacien en train de déchiffrer une ordonnance.

https://www.flickr.com/photos/brother-uk/32809399920/

Sont réservées aux pharmaciens :

  1. la préparation des médicaments fabriqués à destination de la médecine humaine
  2. la préparation des pansements et des produits spécialisés dans l’entretien ou l’application des lentilles oculaires
  3. la préparation des générateurs, trousses ou précurseurs
  4. la vente en gros, la vente au détail des produits mentionnés dans les trois points précédents
  5. la vente des plantes médicinales conformes à la pharmacopée
  6. la vente d’huiles essentielles fixées par décret
  7. la vente d’aliments et de produits pour bébés et enfants du premier âge
  8. la vente de dispositifs de diagnostic destinés au grand public
  9. la vente de produits de parapharmacie issus des laboratoires, approuvés par le ministère de la santé comme Vichy, Phyto, la Roche-Posay, Eucerin, Bioderma, etc.

Bien lire entre les lignes

Aucun point n’autorise le pharmacien à établir un diagnostic ou à réviser l’ordonnance d’un médecin, contrairement à d’autres pays francophones comme le Québec. De plus, son rôle d’analyse n’est mentionné que brièvement dans l’article R4235-48.

Pharmacien en train de délivrer des informations sur le traitement d'une patiente.

https://www.flickr.com/photos/oregonstateuniversity/28708813275/

Au moment de délivrer les médicaments, le pharmacien doit accompagner cet acte par :

  1. une analyse de l’ordonnance médicale, s’il y en a une
  2. la préparation des doses à administrer
  3. des informations et conseils concernant la posologie et le bon usage des médicaments

Docteur en pharmacie, un parcours bien rempli

Pourtant, le cursus du pharmacien le prépare à faire bien plus. En effet, pour être reconnu par l’État comme docteur en pharmacie, 6 ans d’études dans l’enseignement supérieur sont nécessaires. Après avoir obtenu son bac, l’étudiant doit s’orienter vers une première année commune aux études de santé. Par la suite, il devra valider un cycle de deux ans dédié à l’étude du médicament puis un autre pour choisir sa future spécialité. L’étudiant obtient son diplôme d’État en terminant sa sixième année. Il peut alors décider de travailler en officine ou dans l’industrie pharmaceutique. Il peut aussi compléter sa formation par un diplôme d’études spécialisées (4 ans) pour exercer dans le secteur de la biologie médicale ou dans la recherche. En conclusion, un long parcours de bataille lui permettant d’établir un vrai diagnostic.

L’équipe de Pharmafutur, votre parapharmacie en ligne, est composée de professionnels de santé très compétents. Vous avez besoin d’un conseil ? N’hésitez pas à nous contacter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam