L’alcool, hostile pour le régime (et pour le reste)

Sans que son but ne soit de vous faire renoncer à l’alcool, l’équipe rédactionnelle de votre site de parapharmacie en ligne désire au moins vous sensibiliser sur les effets de l’alcool sur votre poids, surtout dans le cadre d’une cure de produits diététiques.

Un homme tenant un verre de bière.

https://www.flickr.com/photos/cmbellman/

En 2011, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publiait un rapport désignant les pays consommant annuellement le plus d’alcool (pur) dans le monde. Alors que la consommation mondiale moyenne était de 6,13 litres par personne ayant plus de 15 ans, la France en consommait environ 13,7 litres par habitant, ce qui plaçait le pays en troisième position, dans le top 5 des pays en consommant le plus !

Nous connaissons tous les campagnes publicitaires des autorités ou organismes pour la santé, nous en prenons conscience, mais ce n’est pas pour autant que nos habitudes changent. Ces campagnes de publicité visent soit les consommateurs qui abusent de l’alcool, soit les automobilistes qui prendraient le volant en ayant bu. De ce fait, les buveurs occasionnels et « raisonnables » que la plupart d’entre nous sommes ne se sentent pas concernées par ces recommandations et ne prennent donc pas ces campagnes anti-alcool totalement au sérieux.

Pourtant, même consommées à faible dose, les boissons alcoolisées peuvent déjà être néfastes. Nous ne parlons pas ici de l’action de l’alcool sur le cerveau, mais de son action à plus long terme sur l’organisme. En effet, le gros problème de ce type de boisson est qu’elle contient une quantité de calories assez importante, en fonction de l’alcool en question.

En conséquence, si vous suivez votre alimentation de près, et plus particulièrement si vous suivez un régime, évitez de boire de l’alcool, ou limitez votre consommation à une faible dose hebdomadaire, afin de ne pas trop grossir.

Attention au calories et à l’alcoolémie !

Ainsi, dans 100 g de bière, on retrouve entre 45 et 50 kCal. Mais la bière n’est pas la plus calorique des boissons alcoolisées : 100 g de margarita, martini, pastis, rhum, vodka ou de whisky contiennent plus de 200 kCal ! En ce qui concerne le vin, on peut y compter entre 70 et 90 kCal en fonction du type de vin et de sa qualité. Finalement, contrairement à ce que l’on pense communément savoir, le champagne ne serait pas moins calorique que les autres boissons, avec environ 85 kCal dans 100 g de ce nectar.

Pour relier ces informations à la réalité, n’oubliez pas que les dosages diffèrent selon les boissons. C’est l’alcool qui détermine les quantités servies en établissements. Effectivement, le whisky est peut-être plus calorique que la bière, mais un verre de bière n’est pas servi dans les même quantités qu’un verre de whisky puisqu’elle comporte moins d’alcool pur. Il s’agit de faciliter le calcul de l’alcoolémie pour les consommateurs (même si souvent ils n’en savent rien). Ainsi, un verre d’alcool est censé contenir 10 grammes d’alcool pur, ce qui fait 250 ml de bière (250 g donc environ 125 kCal) ou 25 ml de whisky (25 g donc environ 50 kCal). En pratique donc, mieux vaux savourer un petit whisky qu’une pinte de bière. Le mieux étant de ne pas du tout en consommer.

Si vous avez l’habitude de comptabiliser les calories assimilées dans le cadre d’un régime, vous pouvez facilement vous rendre compte de la quantité de calories ingurgitées en parfois un seul repas familial ! Cependant, les alcools ne sont pas les seules boissons très caloriques : les sodas et jus de fruits peuvent aussi aller jusqu’à 45 kCal pour 100 g.

En conclusion, un petit verre de temps en temps ne peut pas vous faire de tort, mais gardez en tête qu’un cocktail peut être aussi calorique qu’un plat et qu’en conséquence, ce verre ne vous aidera pas à perdre du poids si telle est votre volonté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam